La naturopathie est bien plus qu’une compilation de techniques naturelles (nutrition, plantes et huiles essentielles, hydrologie, massages, techniques réflexe etc.).

Ce qui différencie un naturopathe d’un diététicien, d’un aromathérapeute ou d’un vendeur de compléments alimentaires, c’est d’abord que le naturopathe prend en compte son consultant dans sa globalité : non seulement sa physiologie, mais aussi son énergie, son contexte psycho-affectif, mental et socio-culturel.

De plus, le naturopathe n’a pas une approche anti symptomatique : il ne s’agit pas de s’occuper frontalement de la partie malade, mais plutôt de stimuler les forces vives de la personne, car ce sont elles qui vont régénérer la partie malade. La naturopathie, par cette approche de la santé, nécessité donc de s’appuyer sur un Bilan de Vitalité complet (anamnèse) du patient et non sur un diagnostic de la maladie par ses symptômes.

La naturopathie puise ses fondements dans les médecines traditionnelles ancestrales et se décline sur les 5 piliers suivants :

Le vitalisme

C’est la philosophie qui considère une « énergie vitale » intrinsèque dont il faut prendre grand soin. En partie génétique (constitution), ce potentiel s’épuise peu à peu avec l’âge et les nombreux dévitalisants (vie nocturne, tabac, alcool, abus de médicaments, pollutions chimiques, électromagnétiques, stress, surmenage). Pas d’homéostasie (régulation biologique) ni de cicatrisation, d’ossification, de réponse immunitaire ou de régénérescence sans cette énergie.

Selon les cultures, les époques, les langues, la force vitale a été nommée de façon différente : le « Prâna » en Inde, le « Qi ou Chi » en Chine, le « Ki» au Japon, « Ruach » chez les hébreux, « Ruh » dans l’Islam…

Chacune des cellules de notre corps est animée par une énergie intelligente et formatrice, nommée « force vitale » (le pneuma de Platon, la natura medicatrix d’hippocrate). Cette énergie universelle est à la base de pratiques thérapeutiques et spirituelles ancestrales : elle est le fluide qui circule dans les méridiens d’acupuncture, l’éther qui anime les chakras, le vecteur de la puissance du souffle dans les arts martiaux, etc.

Les praticiens homéopathes, acupuncteurs et médecins chinois ou ayurvédiques, les magnétiseurs, les ostéopathes et les chiropracteurs sont aussi fidèles au vitalisme.

L’humorisme

Cette science étudie les «humeurs» circulantes et cellulaires de l’organisme (sang, lymphe, etc.) qui forment le « milieu intérieur ». C’est dans les humeurs que baignent tous les éléments figurés : organes, tissus et cellules.

Le naturopathe considère en effet qu’il est essentiel de maintenir au mieux l’intégrité de ces liquides biologiques nourriciers composant 70 % du corps humain: le moins de surcharges possible (toxines et toxiques divers), le moins de carences possible ( acides aminés, vitamines, oligo-éléments, etc) et une circulation optimum sont donc indispensables.

L’hygiénisme

Il décline les techniques naturopathiques au quotidien. Le naturopathe sait qu’il n’est d’art plus fertile que l’art de bien vivre (Cicéron), et qu’il n’est pas de santé possible sans bonne hygiène alimentaire et corporelle, ni sans contacts réguliers avec les éléments naturels: air pur, eau, terre, soleil, etc.

On peut définir l’hygiénisme comme étant un ensemble de principes menant à une meilleure qualité de vie, sources de santé et de bien-être.

L’hygiénisme européen met l’accent sur 3 pratiques de santé fondamentales, qui constituent les 3 techniques majeures de la naturopathie moderne et que tout bon naturopathe se doit d’optimiser en priorité :

  • L’hygiène alimentaire : quoi manger, cures, diètes…
  • L’hygiène neuro-psychique : être bien dans sa tête et dans son cœur…
  • L’hygiène corporelle : activité physique, exercices respiratoires, bouger, éliminer…

Le causalisme

Cette méthodologie spécifique à la naturopathie, ne combat pas le symptôme apparent (douleur, fièvre, inflammation, diarrhée, expectorations) mais cherche systématiquement comment corriger les causes profondes et premières des troubles. C’est ainsi que l’on peut réellement se libérer des problèmes de santé de façon durable et saine.

Citons Hippocrate :

« Si tu veux être un bon médecin, cherche la cause première et traite-la. Si tu veux être un meilleur médecin, cherche la cause de la cause et traite-la. Si tu veux être un authentique thérapeute, cherche la cause de la cause de la cause et traite-la ».

L’holisme

L’holisme est l’approche de l’être humain dans sa globalité sur tous les plans de son existence. Le terme vient du grec « holos » qui signifie « tout », « entier ».  Un thérapeute holistique considère son consultant non seulement sur le plan physique et de ses mécanismes physiologiques, mais prend également en compte sa vitalité (énergie vitale), ses émotions, ses échanges avec son entourage et son environnement, ses pensées qui peuvent être dévalorisantes, limitantes, sclérosantes…

Il existe des outils de bilan, des soins, une pédagogie et une prévention active sur chaque plan.