La vie repose sur un équilibre entre des forces antagonistes. Le bien ne peut exister sans le mal, le jour sans la nuit ou l’éveil sans le repos. Dans le corps, ce sont l’acidité et l’alcalinité qui mènent un combat permanent. Leur équilibre est une notion fondamentale à intégrer au quotidien afin d’améliorer son hygiène de vie et surtout pour adapter son alimentation au fonctionnement de la digestion.

Les degrés d’acidité et d’alcalinité

Chaque fibre du corps humain répond à cet équilibre entre acidité et alcalinité. Le corps ne peut tolérer que de tout petits écarts dans les degrés d’acidité. Ce degré se mesure en pH, ou potentiel hydrogène, à l’aide de papier pH.

Les surcharges d’acidité et ses conséquences

Lorsqu’on mange de la viande, les protéines sont digérées pour être transformées en acide urique, phosphorique, sulfurique… et leur élimination s’effectue par les reins (organe émonctoire). Une consommation excessive de viande entraîne donc un travail d’élimination difficile des acides. La surcharge d’acidité qui en découle sera stockée dans l’organisme au niveau des articulations, des muscles, des tissus… Elle encrassera lentement le corps, et les premiers symptômes de troubles feront petit à petit leur apparition.

Voici quelques exemples de symptômes pouvant être attribués à une surcharge d’acidité. Précisons que la liste est très loin d’être exhaustive tellement leur nombre est impressionnant

  • Rhumatismes et troubles articulaires et osseux
  • Aphtes dans la bouche et fissure à la commissure des lèvres
  • Régurgitations et reflux gastriques, ulcères à l’estomac
  • Calculs et problèmes cutanés
  • Troubles ORL (sinusite, bronchite, otites…)
  • Céphalées (maux de tête)
  • Sensation de brûlure et prurit anal
  • Crampes musculaires
  • Système immunitaire moins efficace
  • Fatigue chronique
  • Frilosité
  • dépression, nervosité, irritabilité
  • Syndrome des membres lourds
  • etc.